Accueil arrow Bloggy blues arrow Un air de Brahms
Un air de Brahms

               
 

Un air de Brahms ou de Schubert
une cantilène de Tchaikovsky,

ça fait pleurer, mais ça suggère
qu'il n'y a pas d'amour sans nostalgie

Et quand la nuit change l'envers
du décor des corps désunis
    elle laisse au jour
    un goût amer,
    ma chère, c'est moi
    qui te le dit

.../
le repas de noce est fini
À l'heure qu'il est
vois-tu, ma chère :
tous les convives
sont partis
       t'as beau broder à ta manière
       tes nappes d'or et d'organdi
    faut les ranger
    sur l'étagère,
    au rayon
    des souvenirs

Quand ton regard part en arrière
que notre amour s'en va aussi
c'qu'il faut changer,
c'est l'atmosphère
comme dit Jouvetà Arletty
       Pas l'air de Brahms ni de Schubert,
      mais l'air du temps qui s'raréfie.
    qui fait couler
    de tes yeux verts
    des larmes blanches
    teintées de gris

Un air de Brahms ou de Schubert
une cantilène de Tchaikovsky
ça fait pleurer, mais ça suggère
qu'y'a pas d'amour sans nostalgie
       Et ça vous laisse le goût   amer
      de ce qu'on n'a pas bien compris
     et qui attend sans rien faire
     de se perdre dans l'oubli
 
< Précédent   Suivant >