3)

1987 – Jeu musical, jeu social, une approche ethnomusicologique de l'aire méditerranéenne.

Thèse d'Etat préparée sous la Direction de Gilbert Rouget, Université de Paris X-Nanterre (480 pages, non publié).

Compte-rendu, sous le titre “La jam de la soutenance”,  dans Le Nouvel Observateur,  du 6-13 novembre 1987.

 

Jeu musical, jeu social 

Ensemble d'analyses réalisées à des fins comparatives et visant à dégager la double dynamique des systèmes socio-musicaux:

  • Première partie. Normes communautaires et musiciens de village; Berbères montagnards du Maroc; Bergers et paysans de Sardaigne; Tsiganes et  fêtes rurales de Roumanie.
  • Deuxième partie. Musique, ordre rituel et règles du texte: les limites cérémonielles (rituel âissawa au Maroc); les incidences des règles poétiques (métrique et musique dans la poésie chantée berbère);
  • Troisième partie. Systèmes: la musique dans ses espaces de liberté  (les joutes musicales et les danses de Sardaigne), formes éclatées et cycles de danse en Roumanie, variations et improvisation.
  • Quatrième partie. L'émergence du “folklore” et la sclérose des systèmes musicaux (processus de micro-variations traditionnels versus formes folklorisées modernes entiièrement mémorisées, analyse de l'ornementation et des  “agréments perdus”).
  • Conclusion: des incidences du jeu social sur la configuration des systèmes musicaux.
 
< Précédent   Suivant >